jeudi 28 janvier 2010

ERRATA

Si vous arrivez sur ce blog suite à l'article qui a été publié dans un magazine féminin de gros tirage en France, sachez que la réalité est bien loin de ce qui a été publié, surtout en ce qui concerne les chiffres mentionnés.
Pour ceux qui n'auraient pas suivi, on m'a interviewé il y a quelques mois et l'article vient de paraître, or il y a eu quelques petits écueils de la part de la journaliste, et comme l'adresse de mon blog apparaît dans l'article, je me suis dit qu'il était de mon devoir de rétablir la vérité!

Sachez que contrairement à ce qui est dit dans l'article, peu d'expats au bout d'un an gagnent effectivement
30 000 euros par an au Canada, et encore moins en tant que traductrice indépendante junior.

Par contre, un salaire moyen assez correct tourne autour de 30 000 à 40 000 $ CAD/an (corrigez-moi si j'ai tort).

A part ça, - sans vouloir faire le boulot d'immigration Québec - la vie ici est très agréable.
Néanmoins déménager au Québec n'est pas une décision à prendre à la légère. De ce que j'ai pu lire à droite à gauche, il semble que la raison principale pour laquelle certaines personnes ont été déçues de leur expatriation est qu'ils ne s'attendaient pas à un tel changement entre le Québec et la France, ou parce qu'ils pensaient être reçus en grande pompe ici et qu'ils ont du recommencer au bas de l'échelle.

Il faut savoir par exemple que beaucoup de métiers appartiennent à des ordres ici, et qu'on ne peut pas exercer sans appartenir à cet ordre. Or parfois il est impératif de reprendre ses études pour convenir aux critères fixés par celui-ci, ce qui peut être vécu comme une situation difficile par certains.

Le Québec a ses bons et ses mauvais cotés, mais en tant que Français, nous avons de la chance tout de même. Notre permis de conduire est reconnu, tout comme la plupart de nos diplômes, et nous possédons une des langues officielles, ce qui facilite grandement les choses à l'heure de faire une démarche, puisque qu'aucun document ne doit être traduit. Mon mari lui, en tant qu'Argentin, a plus de problèmes.

Il faut donc se renseigner, ça parait évident, mais on entend des récits de français qui débarquent sans avoir la moindre idée de ce qu'est le Québec!

Le Québec pour moi, c'est avant tout une terre d'opportunité et même si des fois je me plaints ou qu'il m'arrive d'être nostalgique, je ne regrette absolument pas mon choix!

P1040919


Montréal sous la neige

6 comments:

Anonyme a dit…

coucou,

Est ce qu'il est possible de lire ton interview quelque part?? Tu as bien raison, il y a des gens tu te demandes comment ils font pour débarquer dans un pays comme ça sans le connaitre un minimum...
Biz

Une lectrice assidue mais discrète :)

An'So a dit…

@ à the newcorner : c'est gentil d'être sorti de ton anonymat pour l'occasion!
Je ne cite pas l'article car je n'en suis pas vraiment fière mais la journaliste vient de m'envoyer la version non tronquée que je trouve bien meilleure, donc pour rester sur une note positive, voici l'article qui aurait du paraître et est paru cette semaine sous une forme bien moins agréable (je garde le nom tjs secret mais c'st le genre de magazine qu'on trouve chez le coiffeur...):

Anne-Sophie, 28 ans, depuis un an à Montréal (Canada)


Elle s'est trouvée un nouvel avenir


« Le Canada, c'est notre projet à tous les deux. Mon mari est argentin. Notre envie de partir était avant tout économique. Comment vivre en France, trouver du travail, sans avoir la nationalité française ? Nous avons vécu un et demi en Argentine, le temps que notre dossier pour le Canada soit finalisé. Ici, nous avons une qualité de vie qu'on n'aurait pas chez nous ! Je gagne environ 30 000 dollars par an. Je traduis en free lance des communiqués de presse, des brochures touristiques en français et en anglais. J'alterne avec des missions dans des entreprises de traduction. Au début, j'ai cherché dans tous les métiers (secrétariat...). Mais j'étais surqualifiée et au Canada, on n'embauche pas ceux qui ont trop de diplômes de peur qu'ils partent. Mon mari qui était journaliste, a trouvé un super job dans une entreprise spécialisée dans la diffusion de signal. Il a suivi une formation et travaille en horaires décalés. On paye 460 € par mois pour un beau trois pièces au sud de Montréal. C'est sûr, tout n'est pas rose. La mentalité est très américaine. On consomme beaucoup, on se sacrifie pour son entreprise, il faut toujours donner des pourboires... Mais franchement, repartir à zéro en France, jamais ! »

Anonyme a dit…

Re-Coucou,

Merci d'avoir mis l'article, je pense savoir de quel magazine tu parles, je crois que c'est celui ou j'ai travaillé...(avec du rouge et du blanc...) lol. Je trouve ton interview sincere et c'est dommage que certain ne fasse pas leur travaille en retranscrivant ce que tu as dit...sinon avec mon ami on a egalement pour projet de revenir au Canada (on est dans les demarches...) donc qui sait on se croisera peut etre la bas... biz

An'so a dit…

Gagné! Je pense que ce fut juste une question de place au moment de faire la maquette, ou de tronque à la mise en page, parce que l'article de base comme tu l'as remarqué était plutôt réussi!
Au plaisir de vous voir bientôt au canada alors!

Claire a dit…

Bonjour,
J'ai lu l'article vous concernant dans Femme actuelle, et pour ma part c'est principalement le côté étude et tout le "background" de la traduction qui m'intéresse... Je suis actuellement en étude (LLCE Trilingue si ça évoque quelque chose pour vous ^^) et je me pose beaucoup de question quant à l'évolution de mes études... Entre autre par exemple prévoir des échanges à l'étranger... et me renseigner sur un école de traduction à Bruxelles...
Je suis donc à la recherche de témoignage et pourquoi pas de partage d'expériences pour avoir une meilleur idée de ce qui pourrait m'attendre dans le futur peut être de "traductrice" ! En tout cas je l'espère...

Dans l'attente d'une réponse de votre part, bien cordialement.
Claire

An'so a dit…

@ Claire : Oui je suis sûre que je peux te renseigner à ce sujet!
Tu penses à Marie Happs ou à l'Isti? Moi j'ai fais l'Isti.
Ecris moi plutôt un mail à francesriocuarto @ gmail.com et je répondrais avec plaisir à toutes tes questions!